The Old Guard

2020

de:  Gina Prince-Bythewood

avec: Charlize TheronKiKi LayneMatthias Schoenaerts

Au fil des semaines, et encore plus depuis le confinement, Netflix a réussi à imposer un nouveau rendez-vous hebdomadaire pour les cinéphiles. Il y a le mercredi pour les sorties en salle, et le vendredi pour celles chez le géant de la SVOD. Plus fort, presque chaque semaine maintenant, un projet qui intrigue débarque directement dans le salon. Pas toujours de grandes espérances, mais une curiosité certaine, comme celle qu’on avait pour “The Old Guard” qui promettait le retour de Charlize “Furiosa” Theron dans un film d’action. Le problème, c’est que sur grand ou petit écran, les attentes finissent souvent en déceptions.

Le pitch est relativement simple, ce qui va vite virer au calvaire. Depuis plusieurs siècles, une poignée d’hommes et de femmes immortels apparaissent et vendent leurs services comme mercenaires dans toutes les grandes guerres. Menés par Charlize Theron, ils recherchent leurs semblables vers lesquels ils sont inexorablement attirés.

Le principal souci du film est dans ces quelques lignes précédentes: le long-métrage a une idée de départ qu’il ne développe qu’à grands coups d’élans scénaristiques d’une tristesse sans pareille. Tous ces personnages interagissent particulièrement mal entre eux et leurs actions apparaissent incohérentes. “The Old Guard” se veut film d’action mais cela ne saurait servir d’excuse à la faiblesse d’un script proche de l’amateurisme.

Le plus bel exemple est l’antagoniste principal du film: un dirigeant de société pharmaceutique souhaitant mettre la main sur les immortels pour les disséquer et commercialiser le secret de leur jouvence. La comparaison est peu flatteuse, mais pour donner un équivalent de charisme, on est proche du Lex Luthor de “Batman v. Superman”. Le businessman en baskets bien cliché qu’Hollywood cherche à imposer depuis plusieurs années ne marche pas plus ici que dans ses autres itérations.

« L’agence tout risque! »

Il traduit un problème encore plus profond, une direction d’acteurs aux fraises. Avec notamment Charlize Theron donc, mais aussi Matthias Schoenaerts ou Chiwetel Ejiofor, on pensait avoir au moins le minimum syndical du côté de l’acting et pourtant là aussi, le long-métrage se casse violemment la gueule. Probablement tourné à la va-vite et avec un budget restreint, on fait face à un festival de mauvaises prises.

Une tension et une implication du spectateur proches du néant que la réalisation consensuelle au possible ne contrebalance pas. Aucune idée visuelle ne ressort du film. Une oeuvre commerciale sans aucune âme, une espèce de monstre difforme d’incohérences dont même la réalisatrice Gina Prince-Bythewood se désintéresse.

À force d’étirer un background un peu maigrelet, la cinéaste transforme le propos de son film en une bouillie indigeste et sans saveur. Que de lourdeurs dans le peu d’interactions entre les personnages principaux. Rien n’accroche, aucun charisme ne transparaît de ces pantins sans âme.

Bien trop classique et éparse, l’action ne rattrape même pas ce triste constat. Il y a bien ça et là une ou deux chorégraphies réfléchies mais bien trop peu pour relever la soupe servie. D’autant plus que ces quelques cascades ne sont pas particulièrement mises en valeur par la réalisation qui se contente de les restituer sans idée nouvelle, au milieu de décors minables et sur une bande-son qui tutoie l’enfer sonore.

Ne vous embêtez pas, on l’a fait pour vous, c’est ça la dévotion. “The Old Guard” est un naufrage de 2h.

Spike

Retrouvez moi sur Twitter: @RefracteursSpik

Laisser un commentaire